Devenez le manager à qui l'on peut tout dire !

- février 2016, Stanlè

 

Dans ma carrière j’ai eu de nombreux managers. Tous

m’ont donné quelque chose, parfois quelque chose de bien, parfois quelque chose de difficile. Dans tous les cas, les côtoyer fut un enseignement très fort pour moi, j’essaye toujours de me rapprocher de leur qualité tout en m’éloignant de leurs défauts. J’ai appris qu’une personne peut être un mentor car vous avez envie de suivre son chemin, ou pas ! En termes d’enseignement, nous apprenons autant des exemples que des contre exemples.

 

Mon manager actuel ne ressemble en rien aux autres managers que j’ai pu côtoyer. Je dirais qu’il est proche d’être un leader de niveau 5 (Cf : article du mois de novembre « Manager Emerveillé »). Ce qui fait sa force et sa spécificité, c’est son empathie naturelle et cette impression extraordinaire que vous pouvez tout lui dire. Pouvez-vous tout dire à votre mari ou votre femme ? Pouvez-vous tout dire à votre frère, sœur, père ou mère ? Si c’est selon vous le cas, je vous félicite, mais je doute que vous soyez dans le vrai et je pense que vous serez d’accord avec moi après quelques minutes de réflexion.

 

Dans le cas de mon manager, je me sens totalement libre de tout lui dire. Je me sens libre de lui faire part de mes difficultés, je n’ai pas honte non plus de lui faire noter mes succès, je partage avec lui mes points de vues sur certaines politiques de l’entreprise et me permet de lui exprimer mon désaccord avec ce qu’il a pu dire ou pu faire.

 

Imaginez une seconde ce que vous auriez à gagner à être à sa place.

 

Et si vous deveniez vous aussi le manager à qui on peut tout dire ? Je dois dire que si nous étions aux Etats-Unis, un livre avec ce titre serait probablement un best-seller dans la semaine qui suivrait sa parution. Mais le devenir  n’est pas chose anodine. Premièrement parce que vous deviendriez ainsi le manager le plus puissant de votre boite, deuxièmement parce que si c’était aussi facile, nous serions tous les meilleurs managers du monde.

 

Qu’est ce qui nous pousse à nous libérer ? Probablement la confiance que l’on a envers la personne qui est face à nous et l’absence totale de peur des conséquences de ce que nous pourrions dire. Ok, mais dans ce cas, je serais tout autant libre de parler librement devant un mur ou une chèvre. Il faut donc absolument rajouter deux ingrédients majeurs dans cette recette, l’impression d’être écouté avec attention et l’impression d’être compris.

 

Pour résumer, je dirais qu’il existe 5 conditions pour que votre collaborateur se sente libre de tout vous dire :

  1. Mon collaborateur me connait et je connais mon collaborateur. C’est la base d’une relation de confiance. L’être humain, naturellement, ne fait pas confiance à l’inconnu.
  2. Je l’écoute avec intérêt et je le lui montre. Vous avez tout intérêt à écouter activement votre collaborateur et surtout le pousser à se faire écouter  et entendre. (Cf. Manager Audiophone)(1).
  3. Entrez en empathie, se mettre dans sa peau, pour comprendre au mieux ce qu’il dit. C’est le passage de « je t’écoute » à « je t’entend ». Pour travailler sur l’écoute, je vous invite à découvrir la cinquième habitude de Covey : « Comprendre avant d’être compris » (2). Pour étudier de plus près l’empathie, il est intéressant de voir comment certaines personnes peuvent percevoir le monde d’une autre manière. Je vous invite, par exemple, à lire le livre Je suis à l’Est de Josef Schovanec. (3)
  4. Jugez les faits et non les valeurs. Si votre collaborateur est là, c’est très probablement parce qu’il partage les valeurs de l’entreprise et surtout parce que vous le reconnaissez comme porteur de ces valeurs. Partez du fait qu’il est de bonne foi. Vous avez tout à y gagner. Il s’en rendra compte et comprendra qu’il est respecté comme une personne et non traité comme un enfant.
  5. Soyez cohérent. Si vous lui faites confiance, que vous l’écoutez et le comprenez tout en le respectant, alors vous devez prendre en considération ce qu’il vous dit et agir en conséquence. Si ses paroles tombent dans le vide, il n’aura plus aucune envie de tout vous dire.

 

(1) Manager Audiophone, 7 écrit Editions, Stanlè, 2015

(2) Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entrepennent, First Editions, Stephen Covey

(3) Je suis à l'Est, Pocket, josef Schovanec

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires